Préparer un bien pour une collocation : comment faire ?

11Déc - by Damien - 0 - In Immobilier

Investir dans la pierre est un moyen sûr pour se constituer un patrimoine ou une source de revenu régulier. Cependant, se lancer dans la gestion locative peut s’avérer complexe, surtout lorsqu’on est un particulier sans aucune notion au préalable.

Il ne suffit pas d’avoir en sa possession un logement pour que des intéressés y élisent domicile. Par ailleurs, préparer un bien pour une collocation est d’un autre niveau. Avant de vous lancer dans cette aventure, voici quelques conseils que vous devez garder en esprit.

Qu’est-ce que la collocation ?

La collocation est le fait de partager un même logement avec d’autres individus, parents ou non. Depuis la loi Alur du 24 mars 2014, la collocation concerne juridiquement aussi les personnes non mariées ou non pacsées et les couples en concubinage.

Le site https://flexiroom.eu/ définit cette mode de vie comme la location d’un même logement par plusieurs locataires. Elle constitue leur résidence principale et formalisée par la conclusion d’un contrat unique ou de plusieurs contrats entre les locataires et le bailleur.

Afin d’être aménageable pour une collocation, votre logement doit bénéficier d’un bon emplacement, à la fois urbain et proche de tout transport. Notez également que les zones faciles d’accès aux commerces, universités, bassins d’emploi, et toute autre infrastructure pouvant rendre le quartier intéressant sont hautement prisées.

Aussi, les lieux doivent disposer d’une configuration permettant l’aménagement de plusieurs chambres avec salles d’eau, organisée autour des pièces de vie (salon, cuisine, salle à manger).

être aménageable pour une collocation

Comment procéder à la préparation ?

Si la maison n’est pas encore en état d’accueillir des colocataires, des prestataires maîtres dans le domaine de l’aménagement immobilier peuvent vous le faire sans aucun problème. Vous devez toutefois vous attendre à une visite sur place de leur équipe et une validation des prérequis.

S’ensuit l’étude de la faisabilité et la remise d’un rapport où le coût de la mise en place du projet, ainsi que le montant des revenus prévisionnels y sont précisés. Une fois le projet final validé par vos soins, vous pouvez procéder à la recherche de financement ou, dans le cas échéant, un partenariat.

Les détails administratifs réglés, vous pouvez enfin lancer les travaux sans risque d’annulation en cours suite à des problèmes de paperasseries. À la réception des travaux, vous pouvez choisir de procéder à l’installation des équipements ou non. C’est après avoir effectué toute cette démarche que vous pouvez mettre en location le bien, et ainsi passer à la gestion locative.

Quels autres critères prioriser ?

La première chose à prendre en compte est le type de contrat à faire signer à vos futurs locataires. Selon le type de logement, vous pouvez définir le type de bail qui correspond à leurs attentes.

Pour vous faire économiser du temps, l’expérience a démontré que par défaut, les colocataires souhaitent louer en bail unique. Rares sont les intéressés qui sont prêts à louer votre logement d’un bloc.

De plus, les investisseurs qui souhaitent optimiser leurs rendements en colocation optent souvent pour une collocation en bail unique. Ce système confère le droit aux colocataires de privatiser chaque chambre faisant l’objet d’un contrat individuel. Les parties communes du logement sont ainsi partagées en annexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *